Parentalité

Comment le concept de parentalité s’est intégré en France ?

La parentalité est un concept qui s’est progressivement répandu en France. Le concept de parentalité est, depuis quelques années, intégré dans le langage courant sans pour autant disposer d’une définition quelconque dans les divers dictionnaires du vocabulaire usuels. Néanmoins, ce mot se base sur un champ médico-psychosocial plus étendu et essaie de qualifier le rôle “de parent” en considérant notamment les éléments tels que : le contexte légal, social, économique, politique, culturel et éducatif.
Dans cet article, nous en apprendrons davantage sur ce concept de parentalité et sur son insertion en France.

La conceptualisation de la parentalité

Le concept de parentalité repose sur trois axes : celui de l’exercice, celui de l’expérience et celui de la pratique de la parentalité.

  • L’axe de l’exercice : il peut se qualifier comme étant un axe proche du champ juridique, étant donné que celui-ci englobe la totalité des droits et obligations relatifs au rôle parental ainsi qu’à la filiation, telles que l’autorité parentale ou encore la délégation du nom.
  • L’axe de l’expérience : il est possible de le caractériser comme l’axe du ressenti parental, étant donné que celui-ci est fortement rattaché aux sentiments et aux affects. Il met en évidence l’importance de l’écart entre l’enfant imaginaire et l’enfant véritable, ainsi que son impact concernant le sentiment de se sentir parent ou non d’un enfant.
  • L’axe de la pratique : peut-être défini par tous ces gestes quotidiens de la vie de l’enfant, c’est-à-dire son alimentation, son éducation, son entretien, etc. Cette facette de la parentalité peut être confiée à une troisième personne notamment en cas de placement du bébé.

L’introduction de la notion de parentalité dans le cadre des politiques publiques françaises

L’insertion du concept de parentalité dans les dispositifs publics en France remonte vers les années 1990. Les propositions issues de divers rapports soumis aux autorités ainsi que les recommandations de la Conférence de la famille de l’année 1998 avaient débouché sur une mention claire du concept de “parentalité” dans les programmes publics. La délégation interministérielle à la famille, instituée au cours de cette même période, mais dont les fonctions furent relayées en 2010 par la Direction générale de la cohésion sociale, a eu pour vocation d’introduire la notion de parentalité au cœur même des politiques familiales.
La conception des REAAP (réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents), qui s’adressent à tous les parents dans une démarche généraliste, constitue la première mesure prise concrètement.
Deux tendances se sont constamment succédées dans le secteur du soutien à la parentalité depuis la mise en place de ce concept.

  • La première s’agissait de constituer des systèmes de soutien fondés sur la considération des capacités parentales et sur le renforcement des connaissances des parents.
  • La deuxième approche a préconisé une voie plus contraignante, qui tend à rendre responsables les parents considérés comme étant en échec à travers la mise en place de mesures combinant soutien et pénalités lorsque les engagements ne sont pas tenus correctement.

Une politique d’accompagnement de la parentalité

Depuis près de vingt ans, la France a élaboré en faveur de l’enfance un ensemble de mesures sociales recentrées autour de la famille et de ses missions, visant à placer tous les parents ainsi que les enfants dans un même cadre qui assure la cohésion familiale et sa conservation.
Citons notamment les REAAP, en développant ces réseaux, les objectifs principaux furent les suivants :

  • de viser tous les types de familles et non uniquement celles dites ” problématiques “,
  • de se baser sur les actions déjà en place, tout en mettant en place des opérations innovantes.

Les fondements

Ces réseaux se basent sur certains fondements :

  • donner une importance particulière aux fonctions et aux aptitudes des parents,
  • renforcer les rapports entre les parents, favoriser les soutiens dans lesquels les parents interviennent, en particulier dans un contexte associatif,
  • inciter les parents à accepter ou susciter leurs intérêts à prendre des initiatives innovantes,
  • promouvoir ainsi une meilleure harmonisation entre les moments familiaux et professionnels,
  • assurer un suivi moral encourageant un bon fonctionnement des rapports familiaux,
  • mener à bien des projets de sensibilisation et de perfectionnement à l’intention des volontaires ou des spécialistes,
  • assurer la continuité des projets sur le long terme, et se baser sur un réseau dynamique et efficace.

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Content
0
Amoureux
0
Pas sur
0

Vous aimerez aussi

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans :Parentalité